Gouvernance

Maison Glaz - gouvernance participative

Ce projet est né de l’urgence d’agir positivement sur la société, sur le territoire et sur notre rapport au dérèglement climatique. C’est aussi une réflexion collective, issue de la rencontre entre des individualités et des entités partageant les mêmes valeurs et les mêmes envies, et notamment celle de se retrousser les manches pour inventer les modèles économiques et sociaux de demain.
On peut mettre un mot sur cette envie : le concept de tiers-lieu, c’est-à-dire, un espace partagé qui répond à des enjeux sociétaux et environnementaux.

Maison Glaz est un lieu à gouvernance hybride, qui implique trois entités :

L’association CARESS Gâvres

Cette association citoyenne a été créée en mars 2019 pour agir collectivement pour la revitalisation environnementale et sociale du site, en utilisant la restauration écologique de l’ancien centre de vacances comme outil de dynamisation du lien social sur la commune. CARESS est le cœur battant et l’âme du lieu, le creuset du collectif, le « véhicule d’exploration » du projet.

A Maison Glaz, on s’adresse à CARESS pour :

En savoir plus

La société Grand Air

Entité gestionnaire du lieu, société par actions simplifiée s’inscrivant dans les principes de l’économie sociale et solidaire, la Société Grand Air est signataire de la convention d’occupation du domaine public avec la mairie de Gâvres, propriétaire du lieu. Son rôle est d’être une entreprise au service du projet, permettant à Maison Glaz de lever les fonds nécessaires à sa création, et de trouver un modèle économique à partir du coworking, de la location de salles et de l’accueil touristique. Grand Air est le « véhicule économique » du projet.

A Maison Glaz, on s’adresse à Grand Air pour :

La Municipalité de Gâvres

Partenaire-clé sans lequel ce projet n’aurait pas vu le jour, la mairie, propriétaire du lieu, s’est très fortement impliquée pour que ce site soit placé au service de l’avenir de la commune.

En novembre 2018, la municipalité a choisi de préempter l’ancien centre de vacances, désaffecté depuis 2012 et utilisé ponctuellement l’été pour des groupes d’enfants, afin de pouvoir le mettre à disposition des habitants toute l’année, y accueillir de la vie associative, et faciliter l’installation d’un projet de développement économique et social. La mairie s’est également mobilisée pour les grosses réparations et la mise en conformité des bâtiments.

En savoir plus